Immobilier : persistance de la baisse pendant au moins deux années

Le marché immobilier européen ne parvient pas à retrouver son dynamisme d’avant la crise et le contexte pourrait encore perdurer. Selon certains spécialistes du secteur, la baisse pourrait persister pendant au moins deux années.

Amplification de la tendance baissière

L’hebdomadaire britannique « The Economist » a publié récemment les résultats des analyses qu’il a effectuées sur le marché immobilier européen. De son côté, l’agence de notation Standard & Poor’s s’est également penchée sur le sujet. Selon l’étude parue le 17 janvier dernier, la tendance baissière des prix semble s’amplifier sur les marchés hollandais et français. En France, les tarifs devraient diminuer de 5% en 2013. Les analystes prévoient le même taux de retrait en 2014.

Le marasme persisterait sur le secteur immobilier français en raison de la faiblesse de la consommation. La situation est surtout due au relèvement des impôts dans plusieurs domaines, ainsi qu’à la stagnation du marché du travail. Les analystes de l’agence estiment cependant que le contexte pourrait être interprété comme un léger ajustement, l’augmentation ayant été très accentuée entre 2000 et 2007. Au cours de ces 8 années, les cours ont enregistré une hausse de l’ordre de 10% en moyenne par an.

Des perspectives optimistes sur le long terme

Malgré cette sombre perspective pour les deux prochaines années, les analystes restent toutefois optimistes quant à l’avenir du marché sur le long terme. Le niveau des prix serait soutenu par l’accroissement du nombre des Français, ainsi que la pénurie de logements. La situation serait similaire aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. À l’instar des études faites par les spécialistes au sein de The Economist, ceux de Standard & Poor’s ont également constaté que le marché immobilier allemand jouit d’un contexte particulier par rapport à ses voisins européens.

L’Allemagne est l’unique pays où les prix devraient enregistrer une hausse de 3% par an en 2013 et en 2014. Les analystes jugent que cette légère augmentation serait aussi une forme d’ajustement et ne devraient pas préoccuper les opérateurs. Jusqu’ici les tarifs immobiliers ont toujours été à un niveau inférieur par rapport à ceux qui sont pratiqués par les autres nations européennes. En ce qui concerne l’Espagne, la tendance baissière se poursuivrait. Le recul serait de 7,8% pour cette année. L’an prochain, les prix chuteront encore de 6%.

Autres articles à lire

  • Italie : nouvelle opération des maisons à 1 euro

    Localisée dans le Sud de la région de Calabre, la commune Cinquefrondi propose des offres immobilières plutôt inattendues et qui ont affolé la toile : des maisons à 1 euro. Pour convaincre les acheteurs, la maire du village n’a pas hésité à affirmer que les logements concernés se trouvent dans une région où aucune contamination de Covid-19 n’a été signalée parmi ses habitants.

  • Immobilier : réduction drastique des niches fiscales

    Dans le cadre de la réforme de la fiscalisation en vue de diminuer le déficit budgétaire, le secteur de l’immobilier constitue une cible privilégiée des pouvoirs publics. Ainsi, une réduction drastique des niches fiscales est prévue.

  • Achat en viager : attention aux pièges

    L’achat en viager est une option le plus souvent choisie par les investisseurs qui désirent se porter acquéreurs d’un bien pour un coût moins élevé que s’il s’agissait d’un achat immobilier classique. Simple et pratique, l’achat en viager comporte toutefois des risques qu’il convient de connaître.

  • Immobilier : acheter dans le neuf ou dans l’ancien ?

    L’investissement dans la pierre séduit de plus en plus les particuliers. On se demande s’il est plus avantageux d’acheter dans le neuf ou dans l’ancien. Pour vous orienter dans votre décision, voyons les différents atouts de chaque option.

  • Bénéficier de crédits d’impôts pour l’équipement de la résidence principale

    Dans le souci de préserver l’environnement, l’Etat incite les locataires et les propriétaires à adopter des travaux en faveurs du développement durable. Il offre ainsi des crédits d’impôts à tous les foyers qui s’engagent dans cette démarche. Ceci peut être une grande occasion pour alléger le coût des travaux avant le 31 décembre 2009.