Le plan de sauvetage des banques irlandais laisse la BCE perplexe

Avec la sortie d’une nouvelle loi, le parlement irlandais donne à son gouvernement un pouvoir conséquent sur le sauvetage du secteur bancaire. Cette initiative parlementaire laisse la BCE perplexe.

Des milliards d’euros pour le sauvetage des banques irlandaises

Depuis toujours l’Irlande a eu une grande confiance en sa bonne santé financière. Malgré la crise, les ménages se sont acharnés sur le crédit à la consommation, sans avoir mesuré les éventuelles conséquences de leurs actes. En l’espace de 10 ans, le taux d’endettement des ménages est passé de 64 % à 153 %. La faillite des banques irlandaises a débuté, et n’a cessé de s’intensifier, depuis le deuxième trimestre de l’année 2008. Pour y pallier, le gouvernement décide de racheter 81 milliards d’actifs parasites des banques pour les aider à se ressaisir. Le gouvernement met en place la Banque National Asset Management Agency, ayant pour tâche de racheter ces actifs parasites.

En complément, le gouvernement procède à la nationalisation des banques irlandaises. Comme exemple, l’État irlandais a procédé à la recapitalisation de la Bank of Ireland et d’Allied Irish Banks, au mois de mars 2009, en leur accordant chacune 3,5 milliards d’euros. Il a également procédé à la recapitalisation d’EBS et d’Irish Nationalwide, assurant ainsi leur nationalisation. Au mois de novembre 2010, le gouvernement renouvelle son aide aux banques. Il accorde, entre autres, 3 milliards d’euros dans l’Allied Irish Bank, 6,4 milliards d’euros dans l’Anglo Irish Bank… Parmi les banques ayant déjà bénéficié de l’aide financière de l’État, la Banque d’Irlande est la seule à ne pas avoir eu besoin d’un second appui de la part de cette institution.

La BCE se sent menacée par le plan de sauvetage des banques irlandaises

Plus de 70 milliards d’euros ont servi à l’État pour la recapitalisation et la nationalisation de certaines banques irlandaises. Le plan de sauvetage des banques par le gouvernement ne s’arrête toutefois pas sur ce point. Afin de favoriser l’intervention du gouvernement dans le rétablissement de la santé financière des banques, le parlement irlandais sort un projet de loi conférant au gouvernement un pouvoir conséquent dans le programme de sauvetage des banques irlandaises le mardi 14 décembre 2010. Plus précisément, ce projet de loi donne au ministre des Finances un pouvoir immense concernant les mesures de réformes nécessaires pour le sauvetage du système bancaire irlandais.

Cette mesure de loi sortie par le parlement irlandais inquiète au plus haut point la Banque Centrale Européenne (BCE). Pour rappel, la BCE a prêté 136 milliards d’euros aux banques irlandaises, à titre de participation solidaire entre membres des pays de la zone euro. La banque européenne s’inquiète sur les éventuelles répercussions que cette nouvelle loi pourrait avoir sur ses opérations de liquidité. Au gouvernement irlandais, de confirmer que ce large pouvoir d’action accordé au ministre des Finances n’aura aucune conséquence sur les finances de la BCE ni sur les autres banques créancières.

Autres articles à lire

  • Que faire en cas de vol ou de perte d’une carte bancaire ?

    La carte bancaire est le moyen de paiement qui connaît la meilleure progression en France ! Plébiscitée pour son côté pratique et sécuritaire, elle n’est toutefois pas à l’abri d’un vol ou d’une perte. Que faire dans ce cas ?

  • La Société Générale supprime la distribution de dividendes pour l’exercice 2011

    Dans le but de consolider ses ratios de fonds propres, la Société Générale a opté pour la suppression de la distribution de dividendes au titre de l’exercice 2011. L’équipe dirigeante compte ainsi accroître de 500 millions d’euros les capitaux privés de la banque.

  • Carte bancaire : mise à jour des recommandations pour lutter contre les fraudes

    Pour préserver les utilisateurs contre les fraudes, la CNIL (Commission nationale pour l’informatique et les libertés) a publié il y a 10 ans ses recommandations concernant l’utilisation d’une carte bancaire. Les consignes de sécurité ont été mises à jour. Détails.

  • La “Bank Of America” dévoile ses secrets

    L’affaire opposant la « Bank of America » et la SEC sur Merrill Lynch prend une autre tournure. Les détails.

  • BNP Paribas élimine 200 postes

    Pour se conformer aux mesures prises à l’issue de la crise financière de 2008, BNP Paribas Personal Finance est contraint de supprimer 200 postes dans le secteur du crédit immobilier. Face aux normes imposées aux banques, décidées aux accords de Bâle, les banques doivent se plier aux exigences des régulateurs de la planète.