Le plan de sauvetage des banques irlandais laisse la BCE perplexe

Avec la sortie d’une nouvelle loi, le parlement irlandais donne à son gouvernement un pouvoir conséquent sur le sauvetage du secteur bancaire. Cette initiative parlementaire laisse la BCE perplexe.

Des milliards d’euros pour le sauvetage des banques irlandaises

Depuis toujours l’Irlande a eu une grande confiance en sa bonne santé financière. Malgré la crise, les ménages se sont acharnés sur le crédit à la consommation, sans avoir mesuré les éventuelles conséquences de leurs actes. En l’espace de 10 ans, le taux d’endettement des ménages est passé de 64 % à 153 %. La faillite des banques irlandaises a débuté, et n’a cessé de s’intensifier, depuis le deuxième trimestre de l’année 2008. Pour y pallier, le gouvernement décide de racheter 81 milliards d’actifs parasites des banques pour les aider à se ressaisir. Le gouvernement met en place la Banque National Asset Management Agency, ayant pour tâche de racheter ces actifs parasites.

En complément, le gouvernement procède à la nationalisation des banques irlandaises. Comme exemple, l’État irlandais a procédé à la recapitalisation de la Bank of Ireland et d’Allied Irish Banks, au mois de mars 2009, en leur accordant chacune 3,5 milliards d’euros. Il a également procédé à la recapitalisation d’EBS et d’Irish Nationalwide, assurant ainsi leur nationalisation. Au mois de novembre 2010, le gouvernement renouvelle son aide aux banques. Il accorde, entre autres, 3 milliards d’euros dans l’Allied Irish Bank, 6,4 milliards d’euros dans l’Anglo Irish Bank… Parmi les banques ayant déjà bénéficié de l’aide financière de l’État, la Banque d’Irlande est la seule à ne pas avoir eu besoin d’un second appui de la part de cette institution.

La BCE se sent menacée par le plan de sauvetage des banques irlandaises

Plus de 70 milliards d’euros ont servi à l’État pour la recapitalisation et la nationalisation de certaines banques irlandaises. Le plan de sauvetage des banques par le gouvernement ne s’arrête toutefois pas sur ce point. Afin de favoriser l’intervention du gouvernement dans le rétablissement de la santé financière des banques, le parlement irlandais sort un projet de loi conférant au gouvernement un pouvoir conséquent dans le programme de sauvetage des banques irlandaises le mardi 14 décembre 2010. Plus précisément, ce projet de loi donne au ministre des Finances un pouvoir immense concernant les mesures de réformes nécessaires pour le sauvetage du système bancaire irlandais.

Cette mesure de loi sortie par le parlement irlandais inquiète au plus haut point la Banque Centrale Européenne (BCE). Pour rappel, la BCE a prêté 136 milliards d’euros aux banques irlandaises, à titre de participation solidaire entre membres des pays de la zone euro. La banque européenne s’inquiète sur les éventuelles répercussions que cette nouvelle loi pourrait avoir sur ses opérations de liquidité. Au gouvernement irlandais, de confirmer que ce large pouvoir d’action accordé au ministre des Finances n’aura aucune conséquence sur les finances de la BCE ni sur les autres banques créancières.

Autres articles à lire

  • Taxe sur les banques : l’Allemagne et la France sur la même voie

    Après les différents plans de sauvetage des banques adoptés en 2009, la plupart des gouvernements européens cherchent à présent des solutions pour pallier un éventuel nouveau coup dur. L’Allemagne et la France sont parmi les premiers pays à prévoir la mise en place d’une taxe auprès des banques.

  • Plan de sauvetage : une garantie de 360 milliards d’Euros

    L’encours total des prêts garantis est plafonné à 320 milliards d’euros. Ce chiffre est un maximum. Sans doute ne sera-t-il jamais atteint.

  • Comparatif des meilleures banques en ligne en 2018

    Les banques en ligne font depuis plusieurs années partie de la vie quotidienne des Français. Pratiques, elles sont nombreuses à diversifier leurs offres, les prix avec. Pour les nouveaux utilisateurs qui veulent se convertir au digital, le souci est alors de choisir la meilleure banque en ligne.

  • Que faire en cas d’interdiction bancaire ?

    Une personne devient interdit bancaire lorsqu’elle émet un chèque sans provision. Elle aura alors l’interdiction d’utiliser un chéquier. Sauf régularisation de la situation, cette interdiction dure 5 ans. Quels sont les conséquences de cette interdiction et les moyens de la régulariser ?

  • Les banques en difficulté aux États-Unis

    L’effondrement des banques américaines se révèle prévisible même en cette année 2010. Compte tenu de la situation, les spécialistes craignent des statistiques de faillite de banques aux États-Unis plus élevées qu’en 2009.