Les carburants alternatifs pour se prémunir de la hausse des prix

La hausse du prix de l’essence et du gasoil au fil de ces dernières années a fortement pénalisé le budget des ménages et des entreprises, malgré une baisse notable de la consommation des nouveaux modèles de véhicules. Pour diminuer le budget consacré à la voiture, il existe la possibilité de rouler avec des carburants alternatifs, dont les plus connus sont le superéthanol E85 et le GPL.

Le superéthanol E85

Très populaire au Brésil, le superéthanol a encore du mal à percer en France, et pourtant, le litre de ce carburant est en deçà d’un euro. Le superéthanol E85 est un mélange entre l’alcool éthylique (entre 65 % et 85 %) et le super sans-plomb 95. Il est produit à partir des plantes, comme la canne à sucre, la betterave ou encore les céréales (maïs, blé …). Il est autorisé en France depuis 2007 et est disponible dans un nombre croissant de stations-services.

Pour pouvoir rouler en superéthanol E85, il faut disposer d’une voiture appelée Flex fuel, officiellement appelé véhicule polycarburant. Dans le cas où l’E85 n’est pas disponible à la vente, il est toujours possible de rouler avec le SP95 classique sans endommager le moteur. Les principales marques automobiles proposent aujourd’hui des modèles de ce type.

Le GPL

Le GPL, ou gaz de pétrole liquéfié, est un carburant constitué de gaz naturel et d’hydrocarbure léger, que l’on obtient lors du raffinage du pétrole. Pour alimenter les véhicules, on a généralement recours au propane et au butane. Les véhicules roulant au GPL sont équipés d’un moteur spécifique. Les stations-services servant du GPL sont aujourd’hui en croissance, d’autant plus qu’il s’agit du carburant le plus abordable du marché.

En dehors des avantages financiers considérables, rouler en GPL ou en superéthanol permet également de générer moins de gaz à effet de serre, contribuant ainsi à la sauvegarde de la planète. Lors de l’achat d’une voiture, on bénéficie d’un bonus écologique très intéressant. Bien plus qu’un geste écologique, le recours à un carburant alternatif est par ailleurs un investissement à long terme, puisque l’économie qu’on fait sur chaque plein se répercute au final sur le budget annuel.

Autres articles à lire

  • Crédit d’impôt pour la transition énergétique : des changements à partir de juillet

    Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE a été mis en place pour encourager les travaux visant la réduction de la consommation énergétique et la diminution des émissions de gaz à effet de serre. Jusqu’ici, le CITE finance 30% du montant des travaux. À compter de juillet prochain, la liste des travaux éligibles sera revue à la baisse.

  • Du bioéthanol partout en 2010 ?

    La voiture vient du Brésil et elle fonctionne entièrement au bioéthanol, un carburant propre. Beaucoup de qualité, et un défaut, aucune pompe n’est actuellement disponible en France. Le ministère se donne 4 ans pour y remédier.

  • Les carburants alternatifs pour se prémunir de la hausse des prix

    La hausse du prix de l’essence et du gasoil au fil de ces dernières années a fortement pénalisé le budget des ménages et des entreprises, malgré une baisse notable de la consommation des nouveaux modèles de véhicules. Pour diminuer le budget consacré à la voiture, il existe la possibilité de rouler avec des carburants alternatifs, dont les plus connus sont le superéthanol E85 et le GPL.

  • Les voitures électriques : les pour et les contres

    Le marché de la voiture électrique a du mal à trouver sa vitesse de croisière, bien que des évolutions aient été constatées ces dernières années. Considérée comme l’un des moyens de transport les plus écologiques, elle ne séduit pourtant pas les consommateurs comme le démontrent les études menées par les chercheurs de l’Université de la technologie du Queensland, en Australie.

  • Les aides publiques pour l’installation d’une chaudière performante au gaz naturel

    L’installation d’une chaudière performante au gaz naturel fait partie des démarches pour la transition énergétique prônée par l’État. Les Pouvoirs publics ont mis en place des aides et des avantages fiscaux incitant les particuliers à entreprendre des travaux de rénovation énergétique.