Crédit d’impôt pour la transition énergétique : des changements à partir de juillet

Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE a été mis en place pour encourager les travaux visant la réduction de la consommation énergétique et la diminution des émissions de gaz à effet de serre. Jusqu’ici, le CITE finance 30% du montant des travaux. À compter de juillet prochain, la liste des travaux éligibles sera revue à la baisse.

Vers un changement progressif

Certains travaux sont d’emblée totalement exclus du CITE. Il s’agit du remplacement des volets et des portes d’entrée qui donnent sur l’extérieur. Cette exclusion a pris effet le 1er janvier 2018.

Jusqu’au 30 juin 2018, le changement de fenêtres ne sera plus financé qu’à hauteur de 15%. Ce financement s’applique uniquement au matériel. Le coût de la main-d’œuvre en est exclu. De plus, il faut que les travaux consistent en un remplacement d’une fenêtre à simple vitrage par un double vitrage.

À compter du 1er juillet de cette année, le remplacement des fenêtres ne sera plus financé. Une telle décision est motivée par le fait que ce type de travaux ne permet de réduire la déperdition énergétique que de 10% à 15% en moyenne. Or les fonds alloués par l’État pour ce type de travaux sont de 40% du budget total. Le retour sur investissement est donc moindre, en comparaison avec travaux effectués sur les combles ou les murs, pour lesquels, les performances énergétiques sont respectivement de 30% et 25%.

Les volets isolants sont également exclus du CITE pour toute cette année. Néanmoins, pour ces travaux, une TVA à 5,5% est maintenue.

En décembre 2018, il est envisagé que la loi de finances 2019 propose la mutation du CITE en prime. Dans ce cas, le financement est versé à la fin des travaux et non plus un an après, voire plus après la réalisation de ceux-ci. Cette mutation serait particulièrement favorable aux ménages modestes. Des travaux de réflexion pour la mise en place de cette probabilité sont actuellement en cours.

Les inclusions pour 2018

En attendant cette mutation, depuis le 1er janvier 2018, de nouveaux travaux sont éligibles pour le CITE.

Il s’agit d’une part de la réalisation d’un audit énergétique. Pour être éligible, il faut que l’audit donne lieu à une proposition de travaux, et lesdits travaux doivent permettre d’atteindre un niveau très élevé en termes de performance énergétique.

D’autre part, les travaux pour un raccordement à un réseau de chaleur sont maintenant éligibles.

Autres articles à lire

  • Bonus écologique 2021 : qui peut en bénéficier ?

    Mis en place la première fois en 2008 pour répondre aux objectifs du Grenelle de l’Environnement, le bonus écologique évolue au fil des années. Pour cette année 2021, la liste des voitures éligibles s’est raccourcie. Voici tout ce qu’il faut savoir à propos des bénéficiaires de cette mesure incitative à l’achat de véhicules écologiques.

  • Aspirateur : puissance et niveau sonore désormais limités

    Pour des raisons d’efficacité énergétique, la puissance électrique des aspirateurs passe du double au simple. Découvrez les raisons pour lesquelles une réglementation européenne est allée en ce sens.

  • Énergie renouvelable : la Chine attaque l’Europe au sujet des panneaux solaires

    Jugeant que certaines aides apportées par l’Union européenne aux industries du secteur de l’énergie renouvelable sont contraires aux règles relatives au commerce international, la Chine a porté plainte contre l’Europe auprès de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC).

  • Rénovation et isolation de la maison : il existe des aides

    Pour les travaux de réalisation de rénovation ou d’isolation thermique de votre maison (isolation des murs, changement de système de chauffage, etc.), des aides sont proposées. Seulement, pour en bénéficier, il faut remplir certaines conditions.

  • Les sociétés écoresponsables ont désormais leur annuaire

    PagesJaunes se met au vert ! Le site a en effet mis en ligne son nouvel annuaire EcoPros. Celui-ci comporte une liste de quelque 60.000 professionnels de tous bords qui, à travers leurs professions, contribuent à la sauvegarde de l’environnement.