L’économie japonaise renoue avec la croissance

La période d’incertitude prend fin pour le pays du soleil levant. L’économie nippone renoue enfin avec la croissance. Les détails.

Le Japon enregistre une forte croissance économique

Une fois de plus, l’économie nippone a joué un tour aux experts de la finance. Si les prévisions tablaient sur une croissance maximale de 0,9% pour la fin de l’exercice 2009, la réalité se montre tout à fait différente. Pendant cette période, la croissance économique du pays a bénéficié d’un rebond spectaculaire, faussant ainsi les calculs préétablis. Le bilan des opérations à la fin du quatrième trimestre 2009, montrait en effet que la croissance nippone s’élevait à 4,6%, dépassant ainsi largement la prévision de 3,7%, annoncée par les économistes.

Ce résultat, enregistré fin 2009, relève d’un véritable exploit. Les économistes doutaient en effet de la capacité du pays de pouvoir s’extraire de ses lourdes charges financières. Celles-ci étaient surtout causées par les déflations successives. Cependant, ces déflations n’ont pas freiné une reprise qui s’avère particulièrement importante tant au niveau de la consommation que de l’exportation. Notons au passage qu’une partie de cette reprise est le fruit du plan de relance adopté par le gouvernement, par le biais de subventions accordées aux investisseurs.

Les raisons de la croissance économique japonaise

Trois piliers se trouvent à la base de cette croissance économique. Il s’agit de la consommation, de l’exportation et de l’investissement. En moyenne, la hausse de la consommation des ménages s’élevait à 0,7% au quatrième trimestre de l’année dernière. Un chiffre deux fois plus élevé que les prévisions qui tablaient seulement sur une croissance de 0,3%. Le plan de relance proposé par l’Etat a favorisé cette hausse, les subventions perçues incitant les ménages à consommer. Face à cette nouvelle tendance, des entreprises comme Canon prévoient d’augmenter leurs investissements pour cette année.

Grâce à une demande internationale très élevée en 2009, l’exportation japonaise enregistrait également une hausse significative dans ce domaine. Après une croissance spectaculaire de 8,4% entre juillet et septembre 2009, celle-ci présentait une nouvelle augmentation de 5%, à la fin de l’année. Avec une consommation, une exportation et des investissements en hausse, la probabilité d’une récession de l’économie japonaise s’avère difficilement envisageable. Une chute de la consommation n’est toutefois pas à écarter d’ici le premier trimestre de cette année, et ce, en raison de la non-révision des salaires dans le pays. Une tendance qui, toutefois, ne devrait être que passagère.

Autres articles à lire

  • Paradis fiscaux : vers un bannissement de la communauté internationale ?

    Le sommet du G20 qui s’est tenu dernièrement à Cannes vient de prendre une résolution stricte à l’endroit des paradis fiscaux. Les nations qui persistent dans cette voie et favorisent la dissimulation financière risquent d’être bannies de la communauté internationale.

  • 5 millions de chômeurs supplémentaires dans l’UE depuis 2008.

    Les impacts de la crise économique se font surtout sentir sur le marché de l’emploi. La hausse du taux de chômage est remarquée dans presque tous les pays de la zone euro. La conséquence est fatale pour une grande partie de la population active. Le chômage guette et cela va encore continuer dans les années à venir.

  • Banque : fermeture de 700 agences de Santander en Espagne

    Malgré les mesures drastiques préconisées par le gouvernement, l’économie espagnole s’enlise dans la crise immobilière et dans la récession. De vastes programmes de réorganisation du secteur financier pourraient être entamés. Santander envisage la fermeture de 700 agences dans le pays ibérique.

  • La chute libre du dollar

    Le crash du dollar est-il imminent ? La monnaie américaine ne cesse de glisser depuis quelques semaines. Les conséquences.

  • Les voitures low-cost ont la côte auprès des français.

    Les français sont de plus en plus séduits par les voitures dites low-cost. En raison de la montée incessante du prix des voitures neuves et de la crise économique, ils semblent prêts à oublier le standing et le confort intérieur au profit d’acquisitions moins coûteuses.