Le déficit budgétaire américain au centre des préoccupations de Ben Bernanke

Ben Bernanke, président de la FED, la réserve fédérale américaine, a apporté des éléments de réponses concernant les questions relatives aux problèmes économiques des États-Unis en ce début avril. Parmi les thèmes importants ayant fait l’objet de ses analyses : le problème du déficit budgétaire.

Un déficit budgétaire de plus en plus alarmant pour les États-Unis

Questionné sur la situation économique actuelle du pays, le président de la banque centrale américaine, Ben Bernanke, a annoncé l’amélioration progressive de l’économie américaine. Selon ses assertions, la crise économique n’est plus menaçante. Le souci réside alors au niveau de l’efficacité de la relance économique préconisée par l’État. Parmi les problèmes économiques encore persistants, le président de la FED évoque le taux de chômage s’élevant encore à 9,7 %, les difficultés liées à la reprise du marché, au logement, mais surtout à la hausse vertigineuse du déficit budgétaire.

En prenant en considération les données statistiques relevées au cours des cinq dernières années, le déficit budgétaire américain a atteint un total éloquent lors de l’exercice 2008-2009. Effectivement, le déficit budgétaire de cette période a été de 1.409 milliards de dollars soit 9,9 % du PIB américain. Pour l’exercice 2009-2010, le déficit budgétaire risque d’atteindre un montant de 1.415 milliard de dollars, soit plus de 10 % du PIB américain. Face à ces chiffres alarmants, le président de la banque centrale des États-Unis invite le gouvernement à définir une stratégie de réduction efficace pour la réduction du déficit budgétaire pour les années à venir.

Ben Bernanke en faveur d’un plan de réduction budgétaire à long terme

Face à un déficit budgétaire en croissance progressive, Ben Bernanke soulève les risques d’une augmentation des impôts ou encore d’une diminution de la qualité des prestations sociales, proposées à titre de droit pour les citoyens. Selon Ben Bernanke, ces risques se matérialiseront nécessairement si le gouvernement américain opte pour une réduction rapide et à court terme du déficit budgétaire. Une telle stratégie ne se révèlerait ni souhaitable ni efficace selon Ben Bernanke. L’État doit opter pour une autre stratégie pour la réduction du déficit budgétaire des États-Unis.

Pour renouer avec une certaine stabilité économique et la croissance, Ben Bernanke propose une stratégie de réduction du déficit budgétaire fondée sur une gérance responsable à long terme des fonds. Ce qui fait écho à la volonté du président Barack Obama qui avait présenté un projet de réduction de budget 2011 reposant sur la réduction du taux du chômage, mais surtout sur la réduction du déficit budgétaire. Ce projet validé et mis en pratique, le président des États-Unis espère aboutir à un déficit budgétaire équivalent à 725 milliards soit 4,2 % du PIB d’ici 2013. Pour sa part, Ben Bernanke espère plus d’éclaircissements de la part de l’État concernant les détails de ce programme.

Autres articles à lire

  • La banque Dexia coule

    Depuis le début de la tempête économique consécutive à la crise de la dette grecque, les banques ont été mises à rude épreuve. L’établissement franco-belge Dexia est la première victime de cette crise. Un démantèlement est aujourd’hui envisagé pour essayer de limiter les pertes.

  • Banques : une nouvelle génération d’agences de la Société Générale

    Dans le but d’améliorer ses services, la Société Générale s’est engagée dans un réaménagement de ses locaux à travers toute la France. Son objectif est de mettre en place une nouvelle génération d’agences.

  • Compte Nickel : bientôt accessible aux professionnels et aux mineurs

    Grâce à l’agrément accordé par la Banque de France au mois de juin 2015, le Compte Nickel sera accessible aux mineurs de 12 à 18 ans d’ici fin septembre 2015. Une offre dédiée aux créateurs d’entreprises sera également lancée en novembre.

  • Faux billets : une hausse de 17% au premier semestre 2009

    D’après les chiffres communiqués par la Banque Centrale Européenne, le nombre de faux billets en euros saisis est en forte hausse. Pour le premier semestre 2009, 413.000 fausses coupures ont été retirées de la circulation, ce qui représente une augmentation de 17% par rapport au second semestre 2008.

  • 100 milliards d’euros d’aide pour l’Espagne

    Embourbé dans une inextricable crise bancaire, l’Espagne a finalement consenti à accepter une aide européenne totalisant 100 milliards d’euros. Les marchés boursiers ont positivement réagi à l’annonce de cette nouvelle.