Dictionnaire fiscal | redressement

Définition d’un redressement : opération par laquelle, pour une période ou une opération donnée, l’administration corrige une insuffisance, inexactitude, omission ou dissimulation dans les éléments qui ont été ou auraient dû être déclarés par un contribuable.

Définition d’un redressement : opération par laquelle, pour une période ou une opération donnée, l’administration corrige une insuffisance, inexactitude, omission ou dissimulation dans les éléments qui ont été ou auraient dû être déclarés par un contribuable. Elle se traduit par la mise en oeuvre d’une procédure de redressement puis, le cas échéant, par une imposition supplémentaire assortie d’amendes ou pénalités.

Autres articles à lire

  • Agent de transfert

    Qu’est-ce qu’un agent de transfert ?
    D’une manière générale, il peut se définir comme étant une société dont la principale vocation est de se charger des actions relatives au transfert de propriété des actions de l’entreprise pour laquelle elle travaille.

  • banque

    Etablissement privé ou public qui facilite les paiements des particuliers et des entreprises,

  • Finance : obligation

    Definition : Dans le domaine de la finance, une obligation peut se définir comme un titre de créance qui lie son émetteur et son détenteur : d’une part, l’émetteur d’une obligation est tenu de rembourser la dette le montant et les intérêts qu’il a contractée grâce à cette obligation et, d’autre part, le détenteur doit mettre à la disposition de l’émetteur la somme équivalant à l’obligation.

  • le BIC : Code d’Identification des Banques

    Le BIC est composé de 8 ou 11 caractères selon la branche de la banque. Les 4 premiers caractères ou le code banque représentent l’identification de la banque en question.

  • avances à découvert, sur garantie, sur document...

    Les différentes avances
    A découvert
    La banque fiat confiance à son client, mais peut, quand elle le veut, exiger le remboursement du découvert.
    Sur garanties
    Titres déposés à la banque par l’emprunteur. En général, seuls les titres cotés en Bourse et au porteur sont acceptés. Le montant maximal de l’avance accordée correspond à 60 % environ de la valeur des titres. Marchandises déposées dans un magasin général. Seules les marchandises figurant sur la liste publiée par la Banque de France sont acceptées. (...)