Réduction du déficit : les mesures préconisées par le gouvernement

La réduction du déficit devient une priorité pour le gouvernement qui explore de nouvelles pistes pour réaliser des économies afin d’amenuiser le déséquilibre entre les recettes et les dépenses publiques. Quelles sont donc ces mesures ?

Pour thésauriser 6 à 8 milliards d’euros

La conjoncture économique ne favorise pas la croissance. Le gouvernement a dû revoir ses prévisions à la baisse pour l’année 2012 et cherche les moyens de faire des économies pour essayer de combler le déficit budgétaire. La mise en place de ces dispositions permettrait de thésauriser 6 à 8 milliards d’euros. Le manque à gagner serait ainsi ramené à 4,5% du PIB en 2012, si ce taux était de 5,7% en 2011. Les pouvoirs publics envisagent d’instaurer cinq nouvelles mesures.

La première piste concerne une augmentation de la TVA pour certains secteurs qui bénéficient du taux réduit de 5,5%. L’objectif du gouvernement consiste à créer un pourcentage intermédiaire de la TVA en ciblant particulièrement certains produits. Les services à domicile, la restauration, les travaux entrepris dans les habitats des particuliers sont visés par ces dispositions. Une TVA à 9% permettrait de dégager 3 à 4 milliards d’euros. À noter cependant que ce taux réduit ne subira aucun changement pour les produits de première nécessité.

Réduction du déficit : les pistes explorées

Le gouvernement envisage aussi de réviser l’impôt sur les sociétés. Certes le taux de 33% applicable en France figure parmi les plus élevés sur le continent européen, mais force est de constater qu’en réalité, très peu d’entreprises sont soumises à ce pourcentage. Les plus importantes corporations profitent en effet des niches fiscales pour s’y soustraire. Une surtaxe exceptionnelle pour les grandes entreprises pourrait être instaurée. Cette disposition est prévue rapporter 1 milliard d’euros dans les caisses de l’État.

Comme le montant rapporté par ces deux nouvelles mesures s’avère insuffisant pour combler le déficit budgétaire, le gouvernement explore d’autres pistes. L’État envisage de mettre un frein à son train de vie. Les efforts en vue d’amenuiser les dépenses publiques seront intensifiés. Le gel des transferts vers les collectivités locales permettrait d’économiser 4 milliards d’euros. Le budget de la Sécurité sociale sera revu à la baisse. Les pouvoirs publics comptent aussi renforcer les moyens déployés pour combattre la fraude sociale.

Autres articles à lire

  • Emission d’emprunts sur 10 ans à taux négatif : une première en Suisse

    Le mercredi 8 avril 2015, la Suisse a émis un emprunt sur 10 ans d’un montant total de 232,5 millions de francs suisses, soit 222,8 millions d’euros à un coût de 116% et à un taux d’intérêt de 1,50%. Le rendement est donc négatif (-0,055%).

  • Petite hausse de l’indemnité civique

    Afin d’établir un parallèle avec la hausse du CSG, l’indemnité civique a connu une augmentation au 1er janvier dernier. Cette augmentation, de quelques centimes d’euros, est loin d’être transcendante, étant donné que le montant versé se fait au titre d’une indemnité et non d’une rémunération.

  • Déficit public : retraites et niches fiscales dans le collimateur

    Les objectifs budgétaires pour 2012 sont encore loin d’être atteints, quelques mesures d’austérité supplémentaires s’imposent.

  • Chèque énergie : lancement national en 2018

    Le chèque énergie est une aide s’adressant aux ménages à faibles revenus. Le dispositif leur permettra de s’acquitter de leurs factures énergétiques quelles qu’elles soient. La somme octroyée varie en fonction de plusieurs paramètres.

  • Dette française : des emprunts de 6,9 milliards à taux négatifs

    La conjoncture est favorable pour la dette souveraine de la France. Depuis le début du mois de juillet 2012, l’Hexagone jouit de conditions exceptionnelles. Lors de la séance d’adjudication du 20 août dernier, le pays a pu emprunter 6,9 milliards d’euros à taux négatifs.