Primes, impôts, finances : ce qui change à partir du mois d’août 2019

Pour le portefeuille, le mois d’août 2019 ne passe pas inaperçu. Plusieurs changements et nouveautés sont en effet au programme. Voici un petit tour d’horizon des réajustements à prévoir qui touchent entre autres la prime à la conversion, le gaz et l’électricité, l’allocation de rentrée scolaire ou le transport.

L’obtention de la prime à la conversion

Victime de son succès, suite à plus de 220 000 demandes, la prime à la conversion qui coûterait 900 millions d’euros au lieu des 596 millions prévus subit d’importantes modifications depuis le mois d’août. Les conditions d’obtention de la prime lors de l’achat d’un véhicule moins polluant sont plus restrictives : une émission de moins de 117 grammes de CO2 par kilomètre contre 122 auparavant, ainsi qu’une prime indexée sur le revenu fiscal de référence et non du caractère imposable ou non du ménage. Les voitures achetées à plus de 60 000 euros ne seront plus éligibles.

L’électricité et le gaz

Après un bond de 5,9 % en juin, la CRE ou Commission de Régulation de l’Énergie a appliqué dès le 1er août dernier une hausse de 1,23 % des tarifs réglementés de l’électricité qui se justifie, selon elle, par une augmentation des frais d’entretien des infrastructures. Cette hausse s’applique en fonction de la puissance et de l’option tarifaire choisies. En revanche, le tarif du gaz a été revu à la baisse, à hauteur de 0,5 % pour les 4,5 millions de foyers abonnés à l’offre d’Engie.

L’allocation de rentrée scolaire

Depuis le 20 août dernier, trois millions de familles modestes résidant en France métropolitaine ont bénéficié de l’allocation de rentrée scolaire dont le montant varie en fonction de l’âge de l’enfant. Elle s’élève à 368,84 euros pour les enfants de 6 à 10 ans, contre 389,19 euros pour les enfants de 11 à 14 ans et 402,67 euros pour les adolescents de 15 à 18 ans. Elle est également soumise à des conditions de ressources, avec un plafond de 24 697 euros pour un enfant à charge, 30 396 euros pour 2 enfants et 36 095 euros pour 3 enfants.

Le transport, la déclaration de l’impôt sur le revenu et les soldes

Au début du mois d’août, plusieurs grandes villes ont annoncé une hausse du tarif des transports urbains. À Lille par exemple, les abonnements augmentent de 0,50 euro pour les 4-25 ans, et de 1 euro pour les abonnés âgés de 26 à 64 ans. À Bordeaux, le ticket 10 voyages coûtera désormais 13,70 euros au lieu de 13,20 euros.

Depuis août, il est également possible de modifier quelques modalités de la déclaration de revenus sur le site www.impot.gouv.fr, à savoir les revenus, les réductions d’impôt et les charges déductibles. Pour les adeptes du shopping, les soldes se dérouleront sur 4 semaines au lieu de 6.

Autres articles à lire

  • Le bio : un segment en pleine émergence dans l’industrie agroalimentaire

    Les fabricants de produits bio sont encore loin de satisfaire à la demande, mais cette branche occupe une place de plus en plus prépondérante dans le secteur agroalimentaire. Zoom sur ce segment en pleine émergence.

  • Primes, impôts, finances : ce qui change à partir du mois d’août 2019

    Pour le portefeuille, le mois d’août 2019 ne passe pas inaperçu. Plusieurs changements et nouveautés sont en effet au programme. Voici un petit tour d’horizon des réajustements à prévoir qui touchent entre autres la prime à la conversion, le gaz et l’électricité, l’allocation de rentrée scolaire ou le transport.

  • La France propose l’implication du privé pour sauver la Grèce

    La situation financière catastrophique que connait actuellement la Grèce inquiète les dirigeants de l’Union européenne. Afin d’éviter un effondrement économique, les Vingt-Sept ont été d’accord pour présenter un nouveau plan de sauvetage. La France veut impliquer le privé.

  • Quelles seraient les répercussions d’une perte éventuelle de la note AAA française ?

    Que pourrait-il se passer si la France venait à perdre sa note AAA ? Quelles seraient les conséquences au niveau de chaque ménage et des foyers fiscaux ? Nous allons réaliser une analyse succincte des effets d’une telle perte sur les finances publiques et sur le budget des consommateurs.

  • La taxe soda sera applicable en 2012

    Annoncée au mois d’aout par le premier ministre François Fillon, la taxe soda entrera en application le premier janvier 2012. Si la première version de la taxe a horripilé les industriels, la version annoncée le 5 octobre semble les contenter.