Assurance vie : qui peut investir dans la pierre papier ?

Pour ceux qui trouvent que leur assurance vie n’offre pas un rendement suffisant, et qui souhaitent diversifier leur portefeuille de placements, il existe une autre manière d’y remédier : la pierre papier. Si ce type de placement comporte plusieurs avantages, il convient de tenir compte de quelques critères d’éligibilité.

La pierre-papier, qu’est-ce que c’est ?

La pierre-papier est un placement fait sur un bien immobilier dématérialisé. Concrètement, il s’agit d’accorder un financement à un SCPI (Société Civile de Placement Immobilier). Ce placement est investi dans la construction de biens immobiliers. En tant que détenteur de part, l’investisseur reçoit un pourcentage des gains une fois que le bien immobilier est exploité.

La pierre-papier constitue un placement intéressant dans la mesure où les dividendes peuvent aller jusqu’à 5% de la mise initiale. Par ailleurs, l’investisseur s’épargne les inconvénients liés à une gestion locative, pour ne citer que la fiscalité qui y est rattachée. Quand il en ressent l’envie, un investisseur dans la pierre-papier peut revendre ses parts.

Les critères d’éligibilité pour un placement dans une SCPI

Pour accepter de nouveaux investisseurs dans la pierre-papier, les SPCI comme les assureurs se basent sur plusieurs critères.

- Être signataire d’un contrat d’assurance-vie haut de gamme. Cette catégorie d’assurés se voit directement offrir la possibilité d’investir dans une SCPI. Par contrats d’assurance haut de gamme, on entend ceux qui valent entre 100.000 euros et 150.000 euros.

- Être disposé à réaliser un versement de quelques milliers d’euros. Même si ce type de contrat est automatiquement proposé aux assurés titulaires d’un contrat élevé, l’établissement financier peut en faire profiter toutes les catégories de clients. En effet, dès lors que l’on est prêt à verser dès 2.000 euros, il est possible de jouir des avantages de la pierre-papier.

- Avoir réalisé une souscription d’assurance-vie au sein d’un établissement qui propose cette option. Tous les assureurs ne proposent pas de réinvestissement de l’assurance-vie dans la pierre-papier. Il est donc important de s’informer auprès de sa compagnie si cette option figure parmi les possibilités. Par ailleurs, les établissements financiers refusent souvent de réinvestir la totalité de l’assurance-vie dans ce type de placement. Il est alors important de connaître quelles sont les limites.

Autres articles à lire

  • Assurance vie : les voyants reviennent progressivement au vert

    Depuis août 2011, la collecte nette de l’assurance vie était toujours dans le rouge. Pour la première fois en 7 mois, elle est devenue positive au mois de février 2012. Les voyants reviennent progressivement au vert pour le plus grand soulagement des assureurs.

  • Assurance-vie : une chute de la collecte nette au premier semestre 2011

    On a observé une chute de l’ordre de 46% de la collecte nette de l’assurance-vie, au cours du premier semestre 2011. Les spécialistes du secteur évoquent plusieurs raisons qui pourraient être à l’origine de ce recul.

  • Assurance vie : il est désormais possible de négocier !

    Les statistiques démontrent que l’assurance vie désintéresse de plus en plus les épargnants qui préfèrent se tourner vers d’autres systèmes de placement, comme les livrets d’épargne. Les assureurs adoptent ainsi une stratégie plus souple et il est désormais possible de négocier.

  • Assurances-vie : seul le capital est garanti

    L’assurance-vie a de nouveau la côte mais le placement favori des Français est plus incertain que jamais. En effet bien que le capital soit garanti, les rémunérations ne le sont plus.

  • L’assurance vie continue de séduire les Français

    L’assurance-vie exerce toujours une certaine attraction auprès des Français qui le considèrent comme un moyen de placement financier sécurisé. Plus de la moitié de la population y adhère actuellement.