Les voitures électriques : les pour et les contres

Le marché de la voiture électrique a du mal à trouver sa vitesse de croisière, bien que des évolutions aient été constatées ces dernières années. Considérée comme l’un des moyens de transport les plus écologiques, elle ne séduit pourtant pas les consommateurs comme le démontrent les études menées par les chercheurs de l’Université de la technologie du Queensland, en Australie.

Les atouts de la voiture électrique

La voiture électrique représente 1 % du marché mondial de la voiture. C’est un taux qui va en croissant avec le développement des nouvelles technologies. L’électricité est disponible partout. Il est donc possible de recharger la batterie de son véhicule dans son garage, sur son lieu de travail ou de plus en plus sur les bornes électriques disséminées un peu partout dans les grandes villes.

Parmi les atouts d’une voiture électrique, le fait qu’elle roule sans produire de gaz polluant puisqu’elle ne nécessite ni l’utilisation de carburant, ni d’huile de vidange entre autres.

C’est une voiture qui est parfaite pour une circulation urbaine. Freinage aisé, rechargement automatique dans les descentes, autant d’aptitudes intéressantes qui devraient séduire les conducteurs. Certaines municipalités proposent des parkings gratuits où les véhicules peuvent se recharger, ainsi qu’un système d’imposition plus avantageux.

Pourquoi ne fait-elle pas l’unanimité ?

Au regard des atouts de la voiture électrique, il est difficile de comprendre le désintérêt des consommateurs. Les études ont permis d’éclairer sur ce point. Il est vrai que ce mode de locomotion coûte plus cher qu’une voiture classique (situation s’expliquant par le coût élevé des éléments constituants du moteur et des paramètres annexes, tels que l’installation des bornes de recharges). La faible distance qu’elle peut parcourir en autonomie est également un point faible. Cependant, il faut voir plus loin.

Les usagers sont conscients du fait que l’électricité n’est pas aussi écologique qu’elle y parait. En effet, aujourd’hui encore, sa production est effectuée par des centrales à charbon ou thermiques. Dans l’un et l’autre cas, les émissions de gaz à effet de serre demeure très élevées. Les consommateurs souhaitent une transition plus conséquente des fabricants vers les énergies vertes. Des voitures plus écologiques inciteront plus les achats et auront un impact plus prononcé sur l’environnement, puisque de fait, les émissions de CO2 seront moindres.

Autres articles à lire

  • Du bioéthanol partout en 2010 ?

    La voiture vient du Brésil et elle fonctionne entièrement au bioéthanol, un carburant propre. Beaucoup de qualité, et un défaut, aucune pompe n’est actuellement disponible en France. Le ministère se donne 4 ans pour y remédier.

  • Véhicules flex-fuel au Brésil

    Un véhicule sur trois est venu avec une autorisation flex, c’est-à-dire pouvant accepter de l’éthanol, de l’essence ou bien un mélange des deux. Il s’agit souvent de petits modèles populaires. Les clients les choisissent d’abord et avant tout pour des raisons économiques.

  • Réduire la facture énergétique : rénover son logement

    La facture énergétique ne cesse d’augmenter et elle commence à peser lourd sur le budget des ménages. Pour la réduire, de plus en plus de particuliers se lancent dans les travaux de rénovation de leur logement.

  • Les sociétés écoresponsables ont désormais leur annuaire

    PagesJaunes se met au vert ! Le site a en effet mis en ligne son nouvel annuaire EcoPros. Celui-ci comporte une liste de quelque 60.000 professionnels de tous bords qui, à travers leurs professions, contribuent à la sauvegarde de l’environnement.

  • Prime d’État sur le vélo électrique : ce qu’il faut savoir

    La prime octroyée par l’État pour aider les particuliers désireux d’acquérir un vélo électrique suscite un grand intérêt auprès du grand public. Face au nombre trop important de demandeurs, le gouvernement a décidé de mettre en place des mesures restrictives.