Quelles précautions prendre lorsqu’on prête de l’argent à un proche ?

Prêter de l’argent à un proche peut donner lieu à des litiges, des problèmes de succession, un redressement fiscal ou encore une requalification en donation, auquel cas des droits doivent être payés. Pour éviter ces désagréments, voici quelques précautions à prendre.

Créez un document écrit

Le prêt doit être mentionné dans un document écrit. Pour cela, plusieurs possibilités se présentent :
-  La reconnaissance de dette : c’est le document le moins complexe. Il est signé uniquement par le débiteur ou l’emprunteur.
-  Le contrat sous seing privé signé par les deux parties.
-  Un contrat signé par les deux parties devant un notaire.

Dans tous les cas, le document doit contenir au moins les points suivants, en plus de l’identité des deux parties concernées :
-  Le montant prêté qui doit être écrit à la fois en chiffres et en lettres.
-  La durée et les modalités de remboursement du prêt : un calendrier des remboursements doit être convenu.
-  Le taux d’intérêt : le taux 0 peut être appliqué, mais il est tout de même recommandé d’utiliser au moins le taux minimum pour éviter toute assimilation à une donation. En aucun cas ce taux ne peut excéder le taux plafond imposé par la loi.

Mettez-vous en règle vis-à-vis de l’administration fiscale

Ce document écrit doit être enregistré auprès de l’administration fiscale dès lors que le montant dépasse les 760 euros. Un manquement à cette obligation expose à une amende allant de 15 à 153 euros. La déclaration doit se faire dans les 30 jours qui suivent la signature du document formalisant le prêt.

Le prêteur a obligation de déclarer les intérêts qu’il perçoit dans sa déclaration de revenus, dans la rubrique revenus de capitaux mobiliers. Si le prêt génère des intérêts, ceux-ci sont soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Pour ceux qui sont redevables à l’ISF, le prêt sera intégré dans le patrimoine imposable.

Quels recours en cas de non-remboursement ?

Il peut arriver que les débiteurs soient défaillants. Avant même de consentir au prêt, prenez connaissance des possibilités qui s’offrent à vous dans ce cas, en tant que créancier.

Le document écrit servira de base à la démarche à entreprendre. Elle fait office de référence aux lettres de relance à adresser à l’emprunteur. Si ces relances sont infructueuses, le créancier saisit le tribunal en passant par les services d’un huissier qui délivrera une convocation à l’adresse du débiteur. Cette démarche vaut pour les dettes inférieures à 4.000 euros. Le tribunal d’instance est compétent pour les sommes comprises entre 4.001 euros et 10.000 euros. Au-delà de 10.000 euros, le tribunal de grande instance est compétent, et le créancier aura besoin de l’assistance d’un avocat.

Autres articles à lire

  • Crise financière - Goldman Sachs au cœur d’une enquête sur les subprimes

    Goldman Sachs, une des plus importantes banques américaines, se trouve au cœur d’une enquête concernant les subprimes. Au centre de cette affaire, un employé français aurait participé à l’enrichissement de la banque en abusant ses actionnaires par le biais de déclarations trompeuses.

  • Découvert bancaire : la facture risque d’être salée

    Le découvert bancaire est devenu une situation banale pour 21% des Français. Ils se retrouvent dans le rouge au moins une fois par mois. La facture risque pourtant d’être salée !

  • Congé sans solde : mode d’emploi

    Le congé sans solde représente la solution idéale pour les employés qui envisagent de quitter leur entreprise et qui n’ont pas vraiment envie de démissionner, car ils ne rejettent pas l’hypothèse d’un éventuel retour. Dans ce cas, comment procéder ?

  • Arrêt métier - Apprendre pour prévenir

    Les écoles de la deuxième chance sont nées dans le milieu des années
    2000 et la région Champagne-Ardenne a été désignée comme pilote
    du dispositif.

  • La gestion des comptes des couples concubins et pacsés

    Certains ménages ignorent à qui appartiennent réellement les fonds déposés à la banque. Voici quelques informations sur la gestion des comptes des couples concubins et pacsés.