Immobilier à Paris : les petites surfaces sont plus chères, mais plus appréciées

Les petits appartements parisiens coûtent plus cher au mètre carré que les grands, selon le dernier baromètre de Meilleursagents. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce constat.

Les résultats du baromètre des Meilleursagents concernant Paris

Le site de comparaison Meilleursagents.com a sorti en octobre la dernière version de son baromètre. Il en découle, entre autres points et concernant Paris, que les petites surfaces ont la cote auprès de ceux qui souhaitent investir dans la capitale.

Cet attrait se traduit par une hausse des prix qui est de 6,4%, comparativement aux prix de janvier 2018, et de 0,8 % par rapport aux prix de septembre dernier. Pour les autres types de surface, cette augmentation n’est que de 5,2% en moyenne. Afin d’illustrer ces propos, le site de comparaison fait un parallèle entre le prix moyen d’un deux pièces ou d’un studio, et celui d’un cinq pièces et plus. Cette comparaison a été faite indépendamment de l’arrondissement. Il en ressort que les prix au mètre carré sont en moyenne 1,1 % à 2,4% moins chers pour les grandes superficies.

Malgré cette hausse et à cause de la pénurie des offres, les petits appartements se vendent très bien. De plus, la vente se passe souvent de négociations, surtout si le bien bénéficie d’un bon emplacement. En moyenne, la vente est conclue en un peu moins de deux mois.

Ce qui peut expliquer cet attrait pour les petites surfaces

Plusieurs paramètres viennent expliquer ce dévolu des primo-accédants et des investisseurs sur les petites surfaces.

D’abord, tout est question de rentabilité. Le propriétaire d’une petite surface à Paris peut se permettre d’appliquer un loyer conséquent, puisque ce type de bien attire beaucoup de locataires. Le risque de vacances locatives est moindre, ce qui assure un revenu quasi permanent tout au long de l’année, et un retour sur investissement satisfaisant. Ensuite, investir dans un studio ou un deux-pièces implique aussi des impôts fonciers moins élevés.

Enfin, les petites surfaces ont l’avantage de mieux résister aux variations du marché immobilier. En effet, dans le cas où une crise se présente, les locataires et les acheteurs potentiels se tourneront plus simplement vers un deux-pièces plutôt que vers un grand appartement.

Autres articles à lire

  • Immobilier : l’acquisition d’un premier logement devient de plus en plus difficile

    Il est de plus en plus difficile aux candidats à la propriété d’acquérir un premier logement. Leur nombre s’est considérablement amenuisé au cours de ces dernières années. Quelles en sont les raisons ? Décryptage du contexte.

  • L’immobilier et la construction : des cibles privilégiées pour le plan de rigueur

    Les opérateurs du secteur immobilier et celui de la construction regrettent de constater qu’ils représentent des cibles privilégiées pour le plan de rigueur. Zoom sur ces nouvelles dispositions qui suscitent la colère de ces contribuables.

  • Le marché de l’immobilier à Pau

    La ville de Pau bénéficie d’une situation géographique exceptionnelle, se trouvant au cœur d’une zone très intéressante, tant sur le plan économique que touristique. Le marché immobilier y est en plein essor.

  • Immobilier : une stabilisation des prix en 2014, selon les notaires

    Les notaires tablent sur une stabilisation des prix de l’immobilier pour cette année 2014, après le recul de 1,4% des coûts des logements anciens en 2013. À la suite du rebond constaté au cours du dernier semestre, le nombre de transactions a finalement été en hausse de 2,7% comparé à l’année précédente.

  • Investir malin : misez sur l’immobilier

    Comme le contexte économique demeure maussade en raison de la crise qui perdure, bon nombre d’investisseurs cherchent la meilleure manière de sécuriser leur patrimoine. Pour investir malin dans cette conjoncture incertaine, il est préférable de miser sur l’immobilier.