Payer moins d’impôts : deux solutions pour les contribuables très imposés

Les riches contribuables explorent toutes les pistes possibles afin de payer moins d’impôt. Voici deux solutions qui peuvent leur convenir : l’investissement dans l’hôtellerie et dans les monuments historiques.

Achat d’un monument historique : son intérêt

Un particulier qui achète un monument historique, que celui-ci fasse partie du patrimoine national ou soit inscrit à l’inventaire supplémentaire ou encore classé, peut prétendre à un régime fiscal de faveur. Il peut défalquer de son revenu global le déficit foncier engendré par les travaux de réhabilitation du bien ainsi que les intérêts des emprunts qu’il aurait pu contracter pour acquérir le monument. Il n’existe aucun plafonnement du montant déductible à l’encontre de l’investissement dans un immobilier classique.

Toutefois, si le propriétaire ne propose pas le monument à la location ou à la visite, il ne peut soustraire de son revenu global que les travaux d’entretien ou de réparation subventionnés par l’État. S’il souhaite imputer ses autres dépenses foncières, comme le salaire des gardes, l’assurance et les intérêts de son crédit immobilier, il doit ouvrir le monument au public. Sinon, il ne pourra déduire de ses impôts que la moitié de ces charges. Dans le cas où le bien est loué, il peut défalquer toutes les charges sur son revenu global.

L’acquisition d’un monument historique ne convient qu’aux investisseurs passionnés. L’entretien et la rénovation des vieilles pierres sont en effet très onéreux. Pour prétendre à une réduction d’impôts, ils doivent promettre de conserver le monument pendant 15 ans. Le régime fiscal des monuments historiques prévoit aussi une exonération des droits de succession ou de donation. Pour cela, les bénéficiaires doivent passer une convention avec l’État et s’engager entre autres à ouvrir le monument au public au moins 80 jours par an.

Investir dans un hôtel : quel avantage fiscal ?

Le placement dans un établissement hôtelier intéresse également les riches contribuables. De nombreux anciens chefs d’entreprise optent pour un tel investissement en s’appropriant le fonds et les murs en achetant des titres lors d’une cession de société. Ils peuvent profiter d’un report d’imposition tant qu’ils ne revendent pas les titres. Cette solution devient de plus en plus en vogue. Il importe toutefois d’acquérir le bien à un prix raisonnable et de comprendre la dimension de la nouvelle activité, car le métier d’hôtelier ne s’improvise pas. Une étude de marché est indispensable avant d’investir

Autres articles à lire

  • Déclaration d’impôt en ligne : désormais obligatoire ?

    Utiliser internet pour réaliser sa déclaration d’impôt sur le revenu, ce n’est pas une nouveauté en soi. Ce qui l’est, par contre, c’est que cette télédéclaration n’est plus une option, mais une obligation.

  • Hausse de la taxe foncière depuis 2004

    La taxe foncière devient un sujet épineux. La limite de paiement de la taxe foncière aux administrations communales était fixée le vendredi 15 octobre.

  • taxe fonciere jusqu’au 15 octobre

    Les propriétaires ont jusqu’au 15 octobre pour s’acquitter de la taxe foncière. Certains n’ont pas encore reçu leur avis d’imposition sur le revenu, que ce nouvel impot arrive déjà. Après plusieurs années de hausse,

  • Réforme de l’impôt sur le revenu : qui seront les bénéficiaires ?

    L’idée générale de la réforme de l’impôt sur le revenu est de soulager les classes moyennes et d’augmenter la décote pour les ménages modestes. Cette réforme se présente comme une réponse au ras le bol des contribuables.

  • Taxe d’habitation : des inégalités entre les villes

    Les villes françaises appliquent des taux différents pour la taxe d’habitation. Ces inégalités sont pointées du doigt par la CGL (Confédération générale du logement) dans son dernier rapport. Détails.