Payer moins d’impôts : deux solutions pour les contribuables très imposés

Les riches contribuables explorent toutes les pistes possibles afin de payer moins d’impôt. Voici deux solutions qui peuvent leur convenir : l’investissement dans l’hôtellerie et dans les monuments historiques.

Achat d’un monument historique : son intérêt

Un particulier qui achète un monument historique, que celui-ci fasse partie du patrimoine national ou soit inscrit à l’inventaire supplémentaire ou encore classé, peut prétendre à un régime fiscal de faveur. Il peut défalquer de son revenu global le déficit foncier engendré par les travaux de réhabilitation du bien ainsi que les intérêts des emprunts qu’il aurait pu contracter pour acquérir le monument. Il n’existe aucun plafonnement du montant déductible à l’encontre de l’investissement dans un immobilier classique.

Toutefois, si le propriétaire ne propose pas le monument à la location ou à la visite, il ne peut soustraire de son revenu global que les travaux d’entretien ou de réparation subventionnés par l’État. S’il souhaite imputer ses autres dépenses foncières, comme le salaire des gardes, l’assurance et les intérêts de son crédit immobilier, il doit ouvrir le monument au public. Sinon, il ne pourra déduire de ses impôts que la moitié de ces charges. Dans le cas où le bien est loué, il peut défalquer toutes les charges sur son revenu global.

L’acquisition d’un monument historique ne convient qu’aux investisseurs passionnés. L’entretien et la rénovation des vieilles pierres sont en effet très onéreux. Pour prétendre à une réduction d’impôts, ils doivent promettre de conserver le monument pendant 15 ans. Le régime fiscal des monuments historiques prévoit aussi une exonération des droits de succession ou de donation. Pour cela, les bénéficiaires doivent passer une convention avec l’État et s’engager entre autres à ouvrir le monument au public au moins 80 jours par an.

Investir dans un hôtel : quel avantage fiscal ?

Le placement dans un établissement hôtelier intéresse également les riches contribuables. De nombreux anciens chefs d’entreprise optent pour un tel investissement en s’appropriant le fonds et les murs en achetant des titres lors d’une cession de société. Ils peuvent profiter d’un report d’imposition tant qu’ils ne revendent pas les titres. Cette solution devient de plus en plus en vogue. Il importe toutefois d’acquérir le bien à un prix raisonnable et de comprendre la dimension de la nouvelle activité, car le métier d’hôtelier ne s’improvise pas. Une étude de marché est indispensable avant d’investir

Autres articles à lire

  • Le produit de l’ISF en recul de 640 millions d’euros

    Le nombre de contribuables soumis à l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) a diminué, ramenant leur nombre à 539 000 au début juillet contre 548 000 un an plus tôt. Parallèlement à cela, son produit baisse de 640 millions d’euros.

  • Déclaration d’impôts en ligne : quels avantages ?

    Une faible proportion des foyers fiscaux, seulement 36%, ont opté pour la déclaration en ligne de leurs impôts en 2014. Pour inciter les contribuables à choisir la télédéclaration, l’administration fiscale multiplie les avantages accordés à ceux qui souhaitent franchir le pas.

  • Cadeaux : quand faut-il les déclarer au fisc ?

    Chacun est libre du choix du cadeau qu’il souhaite offrir. Il faut cependant savoir que si sa valeur est trop élevée, il faut régler certaines formalités auprès du service des impôts pour rester ne pas être hors la loi.

  • ISF véhicules de collection : les critères requis pour une exonération

    Une certaine catégorie de véhicules de collection échappe à l’ISF (Impôt sur la fortune). Quels sont les critères requis pour bénéficier de cette exonération ? Explications.

  • Vers de nouvelles hausses d’impôts ?

    Après les hausses d’impôts appliquées au cours de ces dernières années, l’exécutif avait promis une stabilité sur le plan fiscal. Pour réduire le déficit public, le gouvernement étudie différentes pistes pour augmenter les recettes fiscales en 2014.