Impôts sur le revenu : simplification des déclarations

Pour que le traitement administratif des déclarations d’impôts sur le revenu soit moins lourd, Bercy apporte, chaque année, des innovations aux formulaires que les contribuables doivent remplir. Celles-ci sont de plus en plus simplifiées.

Impôts sur le revenu : plus d’informations pré-remplies

Bercy ne cesse de chercher le moyen de simplifier, autant de possible, les déclarations d’impôts sur le revenu. Ainsi, pour l’année 2011, la partie réservée aux informations déjà pré-remplies, telles que le nom des enfants, les frais ouvrant droit à des déductions d’impôt, a augmenté. Par ailleurs, les contribuables sont en mesure de gérer convenablement le mode de paiement qu’ils choisissent sur Internet, qu’ils optent pour un versement mensuel ou annuel.

Ces simplifications ont été mises en place par le ministère du Budget et des Comptes publics dans le cadre de sa politique visant à accroître le nombre des déclarations sur Internet. Cette option permet, en effet, à ce département de réaliser des économies non négligeables, les dossiers étant plus faciles à traiter sur le plan administratif. Depuis 2008, de plus en plus de foyers fiscaux ont adopté ce processus qui est exécuté en quelques clics sur la toile. Ils étaient au nombre de 10,5 millions à choisir Internet pour déclarer leurs revenus, en 2010.

Un décalage de la date d’échéance

Les contribuables recevront les formulaires simplifiés pour déclarer les impôts sur le revenu à partir du 26 avril 2011. Par ailleurs, le gouvernement vient de publier les échéances pour la campagne 2011. La date limite pour déposer les déclarations sur papier est fixée au lundi 30 mai, à minuit. Les foyers fiscaux qui opteront pour déclarer leurs revenus, via Internet, bénéficieront d’un délai supplémentaire qui est défini selon leur département.

La date butoir est décalée au 9 juin pour ceux qui résident dans les circonscriptions numérotées de 01 à 19. Les ménages qui habitent dans les départements portant les numéros de 20 à 49 ont jusqu’au 16 juin pour faire leur déclaration, tandis que les foyers fiscaux des autres localités auront jusqu’au 23 juin. Le ministère tient à rappeler aux contribuables qui feront leur déclaration en ligne qu’ils n’auront pas besoin de fournir une pièce justificative. En outre, ils pourront disposer d’une estimation de leurs impôts dans un délai très court, comparé aux foyers qui se maintiennent à la méthode classique de la procédure sur papier.

Autres articles à lire

  • Fiscalisation des salariés : la France figure parmi les champions

    Nombreux sont les Français qui risquent d’être agacés de savoir que leur pays figure parmi les champions en termes de fiscalisation de salariés. C’est pourtant ce qui ressort des études réalisées par Ernst & Young en collaboration avec l’Institut économique Molinari.

  • Hausse des impôts : qui sont concernés ?

    Alors que pendant trois ans, il n’y a eu aucune hausse des impôts locaux, cette année, une augmentation importante est notée dans certaines villes. Cette hausse s’explique entre autres par une diminution de l’apport de l’État pour le bon fonctionnement des collectivités territoriales.

  • Impôts et taxes en 2015 : qu’est-ce qui nous attend ?

    « Ne plus augmenter les impôts », telle a été la promesse du gouvernement. Cependant, face à la nécessité de trouver des fonds, les pouvoirs publics préconisent d’augmenter certaines taxes et d’abroger d’autres dispositifs fiscaux. Faisons un tour d’horizon de ce qui nous attend en 2015.

  • Impôts : une baisse prévue en 2015 pour les classes moyennes

    Au cours de son discours de clôture au terme de la conférence sociale organisée le 8 juillet dernier, Manuel Valls a annoncé qu’une baisse des impôts sur le revenu pour les classes moyennes. Cette réduction intégrera la loi de Finances 2015.

  • Pays-Bas : dérapage du déficit public pour la 4e année de suite

    Les Pays-Bas figurent parmi les 4 pays de la zone euro à obtenir la note optimale « triple A » des agences de notation. Cependant son déficit public a dérapé pour la quatrième année de suite et a dépassé le seuil fatidique des 3% imposés par les normes européennes.