Baisse de l’action Apple sur les marchés : les raisons possibles

L’action Apple n’a cessé de baisser sur cinq séances consécutives. Certains analystes interprètent cette dégringolade comme un simple ajustement. Toutefois, ils n’écartent pas d’autres facteurs qui auraient pu avoir un impact sur les cours.

Un ajustement de marché

Une semaine auparavant, l’action Apple s’acquérait à 644 dollars. Après cette chute sur cinq séances, elle n’est plus cotée qu’à 580,13 dollars, ayant perdu 4,15% en une seule journée, le 16 avril. Les marchés n’étaient guère accoutumés à une telle tendance baissière. Ainsi, le Nasdaq s’est engagé dans le même sillage et clôturait la séance à -0,8% au cours de cette journée. En quelques jours seulement, la capitalisation a diminué de 50 milliards, un contexte qui surprend beaucoup les opérateurs puisque dans sa globalité le marché était orienté dans une tendance haussière.

Au cours de ces trois derniers mois, la valeur de l’action Apple est montée en flèche d’une manière exponentielle. Ainsi, de nombreux observateurs estiment que cette chute pourrait être un ajustement de marché. Cependant, d’autres éléments auraient pu engendrer ce recul. Les réalisations qui auraient été inférieures aux prévisions sur les ventes de Mac et d’iPad seraient à l’origine de cette baisse. La diminution des subventions accordées par les opérateurs pour l’acquisition de téléphones doit également être prise en compte.

Une tendance conjoncturelle

D’autres paramètres auraient pu avoir un impact sur la valeur de l’action Apple qui a sensiblement reculé ces derniers jours. La firme à la pomme est actuellement en pleine tourmente judiciaire. Elle se trouve en effet dans le collimateur de la Commission européenne et de la justice américaine au sujet d’ententes illégales sur les prix des e-books. Un procès antitrust est en vue. Comme Apple a refusé de soumettre des propositions afin d’éviter les poursuites, la justice américaine pourrait engager une procédure à son encontre.

Les analystes ont été quelque peu surpris par cette évolution à la baisse de l’action Apple. Ils ont en effet tablé sur une augmentation de sa valeur et ont prévu qu’elle pourrait dépasser 1.000 dollars à moyen ou à long terme. Ainsi, la firme aurait pu détenir une capitalisation historique s’élevant à 1000 milliards de dollars. Les spécialistes s’accordent toutefois à affirmer que les perspectives restent bonnes. D’ailleurs, aucun paramètre ne permet de conclure qu’elle serait en difficulté sur le plan commercial. La tendance baissière pourrait bien être conjoncturelle.

Autres articles à lire

  • Eric Woerth est déterminé à réduire le déficit public

    Replacer le déficit public en dessous du seuil de 3% du PIB d’ici 2013, telle est l’ambition du ministre du Budget actuel Eric Woerth. S’agit-il d’une théorie financière probante ou d’un rêve utopique ?

  • Crowdfunding : 152 millions d’euros de récolte en France en 2014

    Le concept du financement participatif séduit de plus en plus les Français. Le montant de la récolte a doublé en l’espace d’une année. En 2014, les sites de crowdfunding établis en France ont enregistré 152 millions d’euros de levées de fonds. Détails.

  • Grèce : mécontentement des petits porteurs

    La Grèce exploite toutes les pistes possibles afin de résoudre ses problèmes de dette souveraine. Elle cherche ainsi à forcer l’activation des clauses de restructuration des créances privées. Elle se heurte au mécontentement des petits porteurs.

  • L’accord sur Chypre suscite l’inquiétude des marchés

    Dans la matinée du 25 mars 2013, le nouveau président de l’Eurogroup a affirmé que le cas de la Chypre est susceptible de faire école au sein de la zone euro. Cette déclaration a semé un vent de panique sur les places financières de la planète. L’accord sur Chypre suscite l’inquiétude des marchés.

  • Quid de l’union bancaire

    Alors que les crises économiques au sein de l’Union européenne font rage, de nombreuses personnalités politiques et les acteurs économiques plaident pour la mise en place d’une union bancaire. Ladite union permettrait une meilleure gestion de la crise.